dimanche 22 février 2009

Le protectionnisme

On entend beaucoup parler de retour au protectionnisme ces derniers temps.

Selon certains, le protectionnisme est une absence de règles communes au niveau international. C'est donc la "loi du plus fort", et c'est inacceptable : c'est le retour du chaos, du chacun pour soi. On pense aux Etats-unis augmentant les taxes quand bon leur semble pour favoriser leur économie. Selon d'autre c'est plutôt le libéralisme économique qui est une absence de règle, de régulation du moins et qui est donc la "loi du plus fort". On a entendu récemment des chefs d'états de pays en développement comparer l'économie internationale à un ring sur lequel les poids lourds combattraient avec les poids plumes. Alors pourquoi ce paradoxe et ces différences du vues ?

Tout dépend du point de vue d'où on se place. Si on pense en termes d'états, le protectionnisme est effectivement la loi du plus fort. Si on pense en terme d'entreprises, c'est plutôt le libéralisme. Etats, entreprises, ... Il me semble que dans l'histoire on oublie les principaux intéressés : les hommes. Et dans ce domaine, en particulier en matière de droit social, c'est effectivement la loi de la jungle qui règne au niveau internationale. Comment parler d'ouverture du marché et de règles communes quand dans certains pays on travaille 60 heures par semaines sans presque aucun jours de congés, ni possibilités de revendications salariales ?

Alors plutôt que d'insister pour qu'il y ait des règles internationales auxquelles tout le monde adhère, ce qui est tout a fait louable, ne devrait-on pas avant tout mettre en place un droit social international afin que chacun bénéficie des mêmes droits ? N'est ce pas là un préalable essentiel à l'ouverture des marchés ?

Aucun commentaire: