mardi 1 novembre 2011

Merleau-Ponty sur la différence entre science et philosophie

Dans "Le visible et l'invisible" :
"La philosophie n'est pas science, parce que la science croit pouvoir survoler son objet, tient pour acquise la corrélation du savoir et de l'être, alors que la philosophie est l'ensemble des questions où celui qui questionne est lui-même mis en cause par la question. Mais une physique qui a appris à situer physiquement le physicien, une psychologie qui a appris à situer le psychologue dans le monde socio-historique ont perdu l'illusion du survol absolu : elles ne tolèrent plus seulement, elles imposent l'examen radical de notre appartenance au monde avant toute science."

5 commentaires:

gidmoz a dit…

Cette citation de Merleau-Ponty me semble incomplète. Il existe une autre frontière méthodologique pertinente entre les sciences humaines et les sciences physiques.

La science est l'étude des causalités qui unissent des connaissances. Les sciences physiques découvrent les causes de phénomènes extérieurs à l'observateur.

Le chercheur en sciences humaines trouvent la cause des actions humaines par l'introspection. C'est sa propre nature humaine qui renseigne et enseigne le philosophe et le chercheur en sciences humaines. Ils en déduisent des lois certaines de la nature humaine, des lois certaines dans chaque sciences humaines.

Ainsi la praxéologie, philosophie de l'action humaine, est le meilleur fondement des sciences économiques. Ludwig Von Mises et, à sa suite, de nombreux autres praxéologistes, ont découvert la fécondité de cette approche intellectuelle en science économique.

Q a dit…

Merci pour ce commentaire.

Je suis à la fois d'accord et pas d'accord... En effet la praxéologie me parait être une bonne base pour les sciences économiques et politiques, peut-être pour les sciences sociales ou la psychologie. Par contre j'ai une conception différente de la philosophie, qui pour moi n'est pas une science humaine, parce qu'elle n'est pas une science du tout mais encadre les sciences (voir ce billet : ungraindesable.blogspot.com/2011/02/la-science-peut-elle-remplacer-la.html ).

Historiquement, les sciences ont toute fait partie de la philosophie avant d'en être détachées pour devenir des disciplines indépendantes (Kant, par exemple, enseignait la physique comme une branche de la "philosophie de la nature").

Donc si la praxéologie peut être une approche intéressante, elle le sera comme une partie de la philosophie, mais pas comme ce qui constitue toute philosophie (bien que ça pourrait être le cas pour le pragmatisme ?).

Fabien a dit…

Je viens de découvrir ce blog, qui fourmille de beaucoup d'idées fortement intéressantes.

Je me demande si vous connaissez le philosophe Moritz Schlick, qui a beaucoup travaillé sur un certain nombre de questions qui vous animent : l'existence ou non d'un inconnaissable (ou d'un intraduisible), le rapport entre langage, communication et connaissance, la question de la connaissance comme construction (pour l'idéalisme), etc. Si ce n'est pas le cas, je vous conseille de jeter un oeil dans "Forme et Contenu", une traduction relativement récente de conférences des années 30, car quelque chose me dit que vous y trouverez beaucoup de choses qui feront écho à vos réflexions :
http://www.amazon.fr/Formes-contenu-introduction-pens%C3%A9e-philosophique/dp/2748900154/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1323423360&sr=8-1

Voir aussi son ouvrage majeur, récemment (et enfin) traduit :
http://www.amazon.fr/Th%C3%A9orie-g%C3%A9n%C3%A9rale-connaissance-Moritz-Schlick/dp/2070771857/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1323423381&sr=8-1

A propos du caractère relationnel de la description scientifique et de la question de l'existence ou non de singularités absolues (et donc indescriptibles), je ne sais pas si vous avez déjà lu ce chef d'oeuvre de Cassirer sur le sujet :
http://www.amazon.fr/Substance-fonction-El%C3%A9ments-th%C3%A9orie-concept/dp/2707301868/ref=sr_1_9?ie=UTF8&qid=1323423334&sr=8-9
Une lecture vraiment roborative et d'une grande qualité pédagogique...

Q a dit…

Je ne connais pas Moritz Schlick et je n'ai jamais lu cet ouvrage de Cassirer, donc merci pour tous ces bons conseils de lecture. Je vais penser à me les offrir pour noël !

Fabien a dit…

J'espère alors que la lecture vous plaira !