dimanche 30 novembre 2014

La vaine lubie de "l'ontologie primitive" en physique

Tout d'abord, Erratum. Dans un article récent, j'ai indûment propagé une vision erronée des théories de Bohm, GRWm et GRWf. J'y ai affirmé que GRWm était réaliste à propos de la fonction d'onde (l'interprétant comme une densité de matière) tandis que Bohm et GRWf en avait une interprétation probabiliste. Il aurait été plus juste de dire que chacune de ces trois théories est en un sens forcée d'être réaliste à propos de la fonction d'onde, mais postule des choses supplémentaires, tandis que la façon dont la fonction d'onde elle-même est interprétée (objet ou disposition) est une affaire plus ou moins indépendante. A vrai dire je tend à penser maintenant que GRWm et GRWf sont de pures lubies de philosophe, ces deux théories étant construites pour résoudre des problèmes qui n'existent pas, et j'éviterai simplement à l'avenir de les mentionner comme des alternatives possibles de GRW dans le paysage des solutions au problème de la mesure.

Je vais essayer de clarifier tout ça ici. Ce sera l'occasion pour moi d'évoquer un concept assez à la mode en philosophie de la mécanique quantique ces dernières années, et qui est au cœur de ces questions : celui d'"ontologie primitive". Je voyais jusqu'ici le sujet d'un peu loin, avec la bienveillance du néophyte, mais ce n'est que ces derniers jours que j'ai pu m'y plonger avec stupeur et effroi. Enfin, commençons par expliquer un peu de quoi il s'agit...